Jacques Darriulat

 

ESSAIS

 

 

 

Accueil

Introduction à la philosophie esthétique


   

 

 

 

LES FANTOMES DE L'OPERA

ON DEVRAIT DIRE...

QU'EST-CE QUE LE NEOREALISME ?

1- Le néoréalisme italien

2- Le néoréalisme dans le monde

3- Le destin du couple

4- Personnages en quête d'auteur

5- Commediante...

6- Le cinéma dans le cinéma

LA STAR, LA VIVANTE ET LE SANS POURQUOI

ESTHETIQUE DU PARADIS TERRESTRE (1)

LE REALISME SELON CEZANNE

NOTE SUR WITTGENSTEIN

ENTRETIEN

CEZANNE ET LA FORCE DES CHOSES

MANTEGNA : ANCIENS ET MODERNES

LE TABLEAU ET LE MIROIR

LE JARDIN A LA FRANCAISE

REMBRANDT, BETHSABEE

PHILOSOPHIE ET RHETORIQUE

LES RELIGIONS DU LIVRE

DU CARACTERE A LA CARICATURE

QUELLE VANITE QUE LA PEINTURE...

LES GROTESQUES

LE ROSSIGNOL ET LA DIVA

LA STATUE AMOUREUSE

L'INTERPRETATION DE L'OEUVRE D'ART

DE L'IDEE DU BEAU A L'ESTHETIQUE

CARAVAGE ET L'OPERA

 

 


QU'EST-CE QUE LE NEOREALISME ?
 
REFLEXIONS SUR LE CINEMA

 (1945-1960)

 

PRESENTATION

            Il s'agit d'interroger en philosophe, plus qu'en historien du cinéma, cette période d'après-guerre qu'on nomme « le cinéma néoréaliste ». Nous l'envisagerons en un sens large, à l'inverse d'une définition stricte qui se limite à moins de dix années pour une petite dizaine de films. Pour reprendre les grandes catégories définies par Deleuze, nous considérons le cinéma néoréaliste comme le moment charnière qui articule l'image-mouvement à l'image-temps, la crise d'un cinéma d'action, qui accordait au récit la première place, et la naissance d'un cinéma de réflexion, qui prend le temps de suspendre le récit, de se souvenir et de méditer. En ce sens, penser le cinéma néoréaliste, c'est penser l'origine et le fondement de notre contemporanéité.
            Les six textes qui composent ce dossier ont été rédigés pour un cycle de conférences prononcées dans le cadre des « Mardis de la Philosophie  ». Pour les lire, on se reportera aux liens qui figurent dans la marge gauche de cette page. Ces conférences s'acquittaient d'un programme présenté à l'avance, programme que je n'ai peut-être pas suivi à la lettre mais qui donne cependant une idée de l'ensemble. Le voici :

 

Les années « néoréalistes »
Réflexions sur le cinéma (1945-1960)

            Dès 1945, au terme de ce qu’on a parfois nommé « la guerre de trente ans », après qu’aient disparu les dieux vivants que les peuples s’étaient donnés pour guides, un grand vide se fait sur la scène du monde. L’histoire est en attente d’un avenir. Le cinéma, qui sait rendre sensible la tension de la durée et ouvrir l’amplitude de l’espace, est le témoin privilégié de ce suspens. En cette période de croissance et de reconstruction, les stars de l’écran semblent curieusement touchées par le spleen. Noires sur blanc, de fragiles silhouettes, qui nous ressemblent, passent sur l’écran, entre cris et chuchotements, et se dissipent avec le mot « FIN ».

            Le néoréalisme italien
            De la détresse du Voleur de bicyclettes à la dérision du Pigeon, puis à l’humour grinçant du Fanfaron, le néoréalisme italien, commediante- tragediante, dresse le portrait désenchanté d’une société sans repères.

            Le néoréalisme dans le monde
            Si l’Italie donne le ton, le « néoréalisme » se répand en Europe et jusqu’en Asie. Nous évoquerons quelques variations dans ce style, de Bergman à Mizoguchi et d’Ozu à Satyajit Ray. Les USA semblent plus indifférents, même s’il n’est pas impossible de déceler dans certains thrillers un accent néoréaliste.

            Le destin du couple
            Il semblerait, en premier lieu, que les difficultés matérielles de l’immédiate après guerre fragilisent le lien amoureux (Un tramway nommé désir) ; mais le mal est plus profond, et la prospérité revenant, les amants errent toujours dans la nuit (Hiroshima mon amour) et s’effleurent sans réussir à s’étreindre (L’Avventura).
           
            Personnages en quête d’auteur
            A l’image du chevalier qui prolonge son sursis en jouant aux échecs avec la Mort (Le Septième sceau), les survivants de l’après-guerre, déroutés, cherchent leur chemin. En nous rendant attentifs à l’écoulement du Temps, le cinéma nous révèle aussi son silence (Bergman).

            Le cinéma d’évasion, entre comédie et aventure
            Refoulant les années crépusculaires de la guerre, le cinéma s’enivre de paix et de liberté.  Le western, qu’aucune culpabilité ne vient encore troubler, se lance au galop et en technicolor sur la grande prairie. La comédie ironise avec tendresse les imbroglios amoureux qui font désormais toute la saveur de la vie.

            Le cinéma dans le cinéma
            Dans la magie des salles obscures, le spectateur s’abandonne aux frissons de l’hallucination. Des Enfants du paradis à Huit et demi, des feux de la rampe aux coulisses de Cinecittà, les meilleurs réfléchissent cette fascination, moins pour en dénoncer l’illusion que pour en célébrer la splendeur.

*****
 

BIBLIOGRAPHIE

Etudes cinématographiques, Le néoréalisme italien, bilan de la critique, textes réunis et présentés par F. Debreczeni et H. Steinberg, Minard, Paris, 1964.
« Le Regard Néo-Réaliste », Cinématographe, numéros spéciaux n° 42, 1978, et n° 43, 1979.
« Le cinéma en l’an 2000 », Revue d’Esthétique, n° 6, Privat, Toulouse, 1984.
« Le néoréalisme italien », sous la dir. de René Prédal, CinémAction, n° 70, Télérama, Paris, 1994.

Antonioni (Michelangelo), « L’horizon des événements », Cahiers du cinéma, n° 290-291, juillet 1978.
Antonioni (Michelangelo), « Ce bowling sur le Tibre », Synopsis, n° 30, mars-avril 2004.
Artaud (Antonin), « Réponse à une enquête sur les tendances du cinéma » (1933), in Œuvres, « Quarto », Gallimard, 2004, p. 379-381 ; « La vieillesse précoce du cinéma » (1933), in Œuvres, « Quarto », Gallimard, Paris, 2004, p. 381-383.
Baecque (Antoine de), La cinéphilie. Invention d’un regard, histoire d’une culture, 1944-1968, « Pluriel », Fayard, Paris, 2003.
Baecque (Antoine de) et Toubiana (Serge), François Truffaut, Gallimard, Paris, 1996
Banda (Daniel) et Mourre (Joseph), Le cinéma : l’art d’une civilisation, 1920-1960, « Champs », Flammarion, Paris, 2008.
Banda (Daniel) et Mourre (Joseph), Le cinéma : naissance d’un art, 1895-1920, Flammarion, « Champs », Paris, 2008.
Barthes (Roland), L’Empire des signes, « Champs », Flammarion, Paris, 1980 [1970]
Bazin (André), Qu’est-ce que le cinéma ?, Cerf, Paris, 2002
Bazin (André), Qu’est-ce que le cinéma ?, Cerf, Paris : I- Ontologie et langage, 1958 ; IV- Une esthétique de la réalité : le néo-réalisme, 1962.
Bellour (Raymond), L’analyse du film, Albatros, Paris, 1980.
Benayoun (Robert), Alain Resnais, arpenteur de l’imaginaire : de Hiroshima à Mélo, nouvelle édition augmentée, Stock, Paris, 1980.
Benjamin (Walter), « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », trad. Rainer Rochlitz, in Œuvres, tome III, « folioessais », Gallimard, Paris, 2000, p. 67-113 (première version de 1935) et p. 269-319 (dernière version de 1939).
Bonitzer (Pascal), Le Champ aveugle : essais sur le cinéma, Gallimard, Paris, 1982
Bonitzer (Pascal), Le Regard et la voix : essais sur le cinéma, Union Générale d’Editions, 1976
Bonnet (Jean-Claude), « Rossellini ou le parti-pris des choses », Cinématographe n° 43, janvier 1979.
Borde (Raymond) et Bouissy (André), Le néoréalisme italien, une expérience de cinéma social, éd. Cinémathèque suisse, Lausanne, 1960.
Bounoure (Gaston), Alain Resnais, Seghers, Paris, 1962
Burch (Noël), Pour un observateur lointain, Cahiers du cinéma-Gallimard, Paris, 1982
Cavell (Stanley), Philosophie des salles obscures. Lettres pédagogiques sur un registre de la vie, Flammarion, Paris, 2011.
Cavell (Stanley), La projection du monde, réflexion sur l’ontologie du cinéma, Belin, Paris,1999.
Claudel (Paul), Le poète et le shamisen, in Œuvres en prose, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 1965
Claudel (Paul), Le poète et le vase d’encens, in Œuvres en prose, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 1965.
Deleuze (Gilles), Minuit, Paris : I- L’image-mouvement, 1983 ; II- L’image-temps, 1985.
Domenach (Elise), Stanley Cavell, le cinéma et le scepticisme, PUF, Paris, 2011.
Dufour (Eric), Qu’est-ce que le cinéma ?, Vrin, Paris, 2009
Duhamel (Georges), Scènes de la vie future, Fayard, Paris, 1939
Duras (Marguerite), Hiroshima mon amour, « Folio », Gallimard, Paris, 1960
Epstein (Jean), Ecrits sur le cinéma, I : 1921-1947 ; et II : 1946-1953, Seghers, Paris, 1974 et 1975.
Faure (Elie), Fonction du cinéma : de la cinéplastique à son destin social, « Médiations », Denoël-Gonthier, Paris, 1976.
Federico (Fellini), Cinecittà, Nathan, Paris,1989 [Mondadori, Milan 1988].
Gallagher (Tag), Les aventures de Roberto Rossellini : essai biographique, L. Scheer, Paris, 2005.
Giacovelli (Enrico), La commedia all’italiana. La storia, i luoghi, gli attori, i film, Gremese, Rome, 1990.
Gili
(Jean Antoine), La Comédie italienne, Henri Veyrier, Paris, 1983
Gili (Jean Antoine), L'Italie de Mussolini et son cinéma, Henri Veyrier, Paris, 1985
Gili (Jean Antoine), Fellini, le magicien du réel, Découvertes-Gallimard, Paris, 2009
Hovald (Patrice G.), Le néoréalisme italien et ses créateurs, Cerf, 1959.
Kracauer (Siegfried), Théorie du film : la rédemption de la réalité matérielle, Flammarion, Paris, 2010.
Leclerc-Dafol (Charlotte), Pietro Germi et la comédie à l’italienne. Cinéma, satire et société, préface de J. Gili, L’Harmattan, Paris, 2012, p. 106-107
Leprohon (Pierre), Michelangelo Antonioni, avec choix de textes et propos d’Antonioni, Seghers, Paris, 1969.
Leprohon, (Pierre), Histoire du cinéma muet, Vie et mort du cinématographe (1895-1930), Cerf, Paris, 1961.
Leprohon, (Pierre), II- L’Etape du film parlant (1927-1962), Cerf, Paris, 1963.
Leutrat (Jean-Louis), Hiroshima mon amour, Armand Colin, Paris, 2008 (1995]
Lizzani (Carlo), Le cinéma italien, préf. de Georges Sadoul, éd. Les Editeurs Français réunis, Paris, 1955 (trad. de Il cinema italiano, Parenti Editore, Florence, 1954).
Luzzato (Sergio) , Le Corps du Duce, essai sur la sortie de fascisme, « NRF Essais », Gallimard, Paris, 2014 [1998]
Masson (Alain), La comédie musicale, Stock, Paris, 1981.
Merleau-Ponty, « Le cinéma et la nouvelle psychologie », Sens et Non-sens, Gallimard, Paris, 1996.
Metz (Christian), Essais sur la signification au cinéma, tomes 1 et 2, Klincksieck, Paris, 2003.
Morin (Edgar), Le cinéma ou l’homme imaginaire. Essai d’anthropologie sociologique, Minuit, Paris, 1956.
Ollier (Claude), Souvenirs-écran, Cahiers du Cinéma-Gallimard, Paris, 1981.
Prédal, René, Michelangelo Antonioni, ou la vigilance du désir, Cerf, Paris, 1991.
Pagliardini (José), Comédie en cinq as. Cinéma et condition masculine à l’italienne, 1954-1964, Presses universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 2014.
Pavese (Cesare), Oeuvres, édition établie par Martin Rueff, « Quarto », Gallimard, Paris, 2008
Prédal, René (avec la collab. de  J. Belmans, J. Sternberg et Ch. Zimmer), Alain Resnais, « Lettres modernes », collection Etudes cinématographiques, n° 64-68, Minard, Paris, 1968.
Richie (Donald), Ozu, trad. P. Maillard, Edition Lettre du blanc, Genève, 1980.
Ropars-Wuillemier (Marie-Claire), « L’espace et le temps dans l’univers d’Antonioni », in Antonioni, L’Homme et l’objet, Etudes cinématographiques, n° 36-37, quatrième trimestre 1964 ; texte repris dans L’Ecran de la mémoire, Seuil.
Ropars-Wuillemier (Marie-Claire), L’Ecran de la mémoire, essai de lecture cinématographique, Seuil, Paris, 1970
Rossellini (Roberto), Le cinéma révélé, « Champs », Flammarion, Paris, 2008
Rossellini (Roberto), Fragments d’une autobiographie, Ramsay, Paris, 1987.
Schefer (Jean-Louis), L’homme ordinaire du cinéma, Cahiers du cinéma-Gallimard, Paris, 1980.
Seknadje-Askenazi (Enrique), Rossellini et la seconde guerre mondiale : un cinéaste entre propagande et réalité, Harmattan, Paris, Montréal, 2000.
Shiguéhiko (Hasumi), Yasujiro Ozu, trad. du japonais par Ryôji Nakamura, René de Ceccatty et l’auteur, Editions de l’Etoile / Cahiers du Cinéma, collection « Auteurs », Paris, 1998.
Siclier (Jacques), Ingmar Bergman, « Classiques du cinéma », Editions Universitaires, 1966.
Sternhell (Zaav), Sznajder (Mario) et Ashéri (Maia), Naissance de l’idéologie fasciste, « foliohistoire », Gallimard, Paris, 2010 [1994].
Sorlin (Pierre), L’Avventura : Michelangelo Antonioni, 1960, « Le vif du sujet », Aléas cinéma, Lyon, 2010.
Tassone (Aldo), Antonioni, Flammarion « Champs », Paris, 2007
Werly ( Patrick), Roberto Rossellini, une poétique de la conversion, Cerf, Paris, 2010.
Yoshida (Kiju), Ozu ou l’anti-cinéma, trad. du japonais par Jean Campignon et Jean Viala, Institut Lumière / Actes Sud / Arte Editions, Arles, 2004.

 

Pour lire le premier de ces six textes consacrés au cinéma néoréaliste, il suffit de cliquer ICI